Témoignage de Christian de Chergé

Vendredi 17 août 2007, par Willem Kuypers // Textes chrétiens

S’il m’arrivait un jour – et cela pourrait être aujourd’hui – d’être victime du terrorisme qui semble vouloir englober maintenant touts les étrangers vivant en Algérie, j’aimerais que ma communauté, mon Eglise, ma famille, se souviennent que ma vie était DONNEE à Dieu et à ce pays.

Qu’ils acceptent que le Maître unique de toute vie ne saurait être étranger à ce départ brutal (…) Je ne saurais souhaiter une telle mort ; il me paraît important de le professer. Je ne vois pas, en effet, comment je pourrais me réjouir que ce peuple que j’aime soit indistinctement accusé de mon meurtre.
C’est trop cher payé ce qu’on appellera peut-être « la grâce du martyre » que de la devoir à un Algérien, quel qu’il soit, surtout s’il dit agir en fidélité à ce qu’il croit être l’islam (…)

Ma mort, évidemment donnera raison à ceux qui m’ont rapidement traité de naïf ou d’idéaliste : « Qu’il dise maintenant ce qu’il en pense ! » Mais ceux-là doivent savoir que sera enfin libérée ma plus lancinante curiosité.

Voici que je pourrai, s’il plaît à Dieu, plonger mon regard dans celui du Père pour contempler avec lui ses enfants de l’islam tels qu’il les voit, tout illuminés de la gloire du Christ, fruits de sa Passion, investis par le don de l’Esprit dont la joie secrète sera toujours d’établir la communion et de rétablir la ressemblance, en jouant avec les différences.

Cette vie perdue, totalement mienne, et totalement leur, je rends grâce à Dieu qui semble l’avoir voulue tout entière pour cette Joie-là, envers et malgré tout.

Dans ce MERCI où tout est dit, désormais, de ma vie, je vous inclus bien sûr, amis d’hier et d’aujourd’hui, et vous, ô amis d’ici, aux côtés de ma mère et de mon père, de mes sœurs et de mes frères et des leurs, centuple accordé comme il était promis !

Et toi aussi, l’ami de la dernière minute, qui n’auras pas sur ce que tu faisais. Oui, pour toi aussi je le veux, ce MERCI et cet « A-Dieu » en-visagé de toi. Et qu’il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux, en paradis, s’il plaît à Dieu, notre Père à tous deux. Amen ! Incha Allah !.

P.-S.

Extrait de Christian de Chergé, prieur de Tibhirine, Marie-Christine Ray, Bayard Editions &Centurion, Paris, 1998 pp. 10-11. Christian de Chergé est le prieur de l’abbaye de Tibhirine, en Algérie. Avec 6 de ses frères trappistes il a été assassiné le 21 mai 1996 en Algérie … Ceci est son testament.