Durer dans l’amitié

Mardi 28 août 2007, par Willem Kuypers // Textes chrétiens

Écoutons le reproche adressé par le Seigneur à ceux qui se prétendent ses fidèles : "Votre amour ressemble à la nuée matinale, à la rosée qui se dissipe de bonne heure" (Osée 6,4). Autrement dit : vous commencez, et vous ne durez pas ; vous venez, et vous repartez. Assiduité d’un matin, ou tout au plus d’un jour !
Il n’est pas difficile, en effet, de dire : "Je t’aime". La difficulté commence quand on dit : "pour toujours", et surtout quand il s’agira de la réaliser. Car "toujours" dure longtemps. Tant que l’attrait exercé par l’aimé demeure vif, on reste attaché à lui sans effort ni peine. Mais pour que l’attrait ne diminue pas à mesure que se révèlent les "réalités de l’existence", celui qui aime devrait pouvoir le renouveler, pour le maintenir au moins dans sa teneur initiale. Artifice de l’amour ? Non, mais tout simplement vérité. Car ce qui hier vous attirait avec raison mérite de vous attirer encore aujourd’hui, si vous avez la force de vous élever du caprice à la fidélité, des récriminations aux mélodies. Personne ne voudrait dire : "je ne puis aimer" ; mais chacun risque d’en arriver, un jour ou l’autre, à dire : "je ne puis plus aimer". Car pour aimer toujours un même objet, il faut avoir une source au fond de l’âme. Il faut, à la fois, la force de se souvenir et la force de créer. Il faut inventer chaque jour ce qui doit durer chaque jour. Aimer peut être, parfois, une faiblesse ; mais durer dans l’amour ou l’amitié est toujours une générosité, une victoire.

P.-S.

Père Jérôme Car toujours dure longtemps (Éd. Le Sarment-Fayard)