Au coeur de la longue marche...

Samedi 18 août 2007, par Willem Kuypers // Textes chrétiens

On a oublie la soupe d’huile de nos grands-mères et les privations de la Sainte Quarantaine. Mais la réputation de ces semaines d’observances demeure marquée par le jeûne et l’abstinence : une “mine de carême” n’est par [sic] réjouissante !

Comment n’a-t-on retenu que la face négative de ce temps où l’on se prive pour partager et où l’on se contrôle pour être plus attentif aux autres et à Dieu ?
Au coeur de la longue marche, il y a la Transfiguration qui annonce et anticipe Pâques. C’est le secret de ces quarante jours : se laisser transformer, à l’intime de l’être, jusqu’à rayonner. Il s’agit de se prêter à l’ambition de Dieu sur les hommes. Le travail sur soi, la générosité accrue, ne sont que des moyens pour faire apparaître une humanité responsable et fraternelle, celle qui est “à l’image et ressemblance de Dieu”.

À regarder une carte du monde, et tant de zones de souffrances, d’égoïsmes, de violences, d’enlisement dans les choses, d’injustices, peut-on maintenir ce rêve de transfiguration, de résurrection ?

L’humanité, la nôtre, celle des milliards de visages qui peuplent la terre, attend son printemps et le recherche obscurément.

P.-S.

Gérard Bessière Fêtes et Saisons (Éd. du Cerf)